Augmentation du panier d’épicerie… à qui la faute?

Dans: Éditoriaux, Santé et bien-être, Style de vie

Quand je suis arrivée dans mon petit patelin, je ne me doutais aucunement qu’à l’intérieur de ces petits chemins de campagne, il pouvait y avoir autant de vie!

Question de vous mettre en contexte; au début 2009, j’ai rencontré l’homme qui partage ma vie. Il se trouve que celui qui a fait craquer mon cœur était un amoureux de son paisible village situé en plein cœur de Mirabel. À un de nos premiers rendez-vous, nous nous sommes promenés à travers ces rues calmes, remplies de charmes, où tout le monde, sourire aux lèvres, se lance un « bonjour » en se croisant.

Oui! Même à moi, nouvelle inconnue.

Depuis ce temps, chaque jour, je savoure les images de ces maisons au cachet unique. Lors de conversations aussi spontanées qu’intéressantes, on me raconte parfois des bouts de vie, des bouts d’histoire. Je m’aperçois ainsi, qu’au-delà du paysage tranquille, se cache ici tellement de produits et de services. Oui, c’est souvent le bouche à oreille qui l’emporte sur la visibilité, bien qu’importante, et c’est pour cela que j’ai envie de consacrer cet article à nos produits, nos entreprises, nos vies! Article qui, en passant, s’applique également à la grandeur du Québec et ce, peu importe le village, le secteur ou la ville où vous vivez.

Vous reconnaîtrez que si le système de santé se veut aussi chaotique, le coupable à blâmer est le gouvernement. Si l’éducation se veut aussi négligée, là aussi le gouvernement est à blâmer. Lorsque tout va mal et qu’il vient jouer dans nos poches, il est normal de se tourner vers ce coupable, car on se sent si impuissant face à ses décisions. Alors au quotidien, face à ce qu’on choisit de mettre dans notre assiette, ne réalisez-vous pas que souvent, notre propre réflexe est de prendre la voie facile? Parfois même, pour ne sauver que quelques sous sur le moment présent, on ne réalise pas le bien qu’on apporterait à nos voisins, à nous-mêmes et à notre prochain si on changeait nos habitudes.

On dit qu’il est bien d’acheter localement. Oui, mais pourquoi?

Une des choses qui m’a sauté aux yeux à Mirabel, c’est combien les gens d’ici, aiment vivre ici. Consommer localement fait partie de ce sentiment de bien-être, ne croyez-vous pas? Au Québec, la firme de recherche Équiterre a évalué que si chaque semaine, une famille remplaçait vingt dollars de budget d’achat extérieur pour de l’achat local, cent mille emplois pourraient être créés. Oui, vous avez-bien lu : 20 $ par semaine, par famille… 100 000 emplois, ici, au Québec! L’image est immense, mais à plus petite échelle, chez nous ou chez vous, le principe est le même.

Calendrier des aliments du Québec

Mon implication dans mon milieu n’est pas un secret pour personne et depuis ce temps, je côtoie beaucoup plus de gens qui vivent de ce que nous leurs achetons. Je vis moi-même de la vente de mes produits et services, mais dans un tout autre domaine que l’alimentation. Les enjeux y sont identiques. C’est pareil partout. Les conséquences de l’achat extérieur y sont flagrantes. Il faut y remédier. Profitez de chaque saison pour savourer la diversité que le Québec nous offre. La variété est tellement plus grande que ce à quoi on pense. S’il y a bien une chose sur laquelle nous avons encore plein pouvoir, c’est de choisir de consommer nos produits locaux. D’investir dans notre économie. De se créer nos emplois en faisant vivre nos cultivateurs, nos marchés, nos commerces. De diminuer la concurrence en utilisant nos ressources.

Alors quand vous irez à l’épicerie prochainement et que vous serez outré devant le prix d’un chou-fleur à huit dollars ou encore d’un concombre à cinq dollars, demandez-vous : qui est à blâmer cette fois?


Marie-Soleil English

Présidente d'entreprise et siégeant sur plus d'une douzaine de comités et conseils d'administration à Mirabel et ses alentours, Marie-Soleil est d'abord une jeune maman passionnée. Vivant sans regret et se disant sans relâche que rien n'est impossible, elle attaque chaque défi avec fougue et confiance. Le dépassement de soi, les relations humaines, la cuisine et les affaires sont une infime partie des sujets qui l'inspirent.