Les cr… de fêtes d’enfants : règles de base

Dans: Trucs et astuces

Ça commence dès la garderie à l’âge de 4 ans (oui, oui !) et ça se poursuit jusqu’à la préadolescence, vers 11-12 ans. Les cr… de fêtes d’enfants ! Voici quelques règles de base pour vous guider dans ce passage obligé.

Les invités

Si c’est vous qui recevez, vous êtes tenus de faire les p’tits de sacs à surprise. J’sais pas qui en est l’inventeur, mais c’est ça qui est ça. C’est au « magasin-une-piasse » que vous allez, pas de niaisage : 4-5 cossins, un chocolat pis bam, c’est conclu. À moins, bien sûr, que vous ayez prévu une sortie. Alors là, la sortie c’est le cadeau ! Faut pas charrier !

Combien d’invités ? Ce sont qui, les meilleurs chums de votre enfant ? Il n’en a certainement pas 10 ! Mettez une limite. C’est une question de survie.

Votre enfant est l’invité ? Respectez la date limite pour confirmer la présence. Les parents veulent savoir à quoi s’attendre. Pour combien d’enfants réserver, combien de sacs à préparer, quantité de bouffe, etc.

Il y a une heure de début et une heure de fin. N’arrivez pas en retard pour porter votre enfant. Pas plus pour aller le chercher. Ça ne se fait pas.

Le cadeau

Avec le coût de la vie d’aujourd’hui, il n’y a vraiment pas moyen de s’en sortir en bas de 20 $. C’est l’été ? Des jeux d’extérieurs, des bonbons, des bulles font un parfait cadeau. Sinon, les Legos, c’est un classique qui ne se démode pas. Mais commencez donc par demander à votre enfant ce qu’il en pense. Parfois, ça se jase dans la cour d’école ! Et si tu dois appeler la maman pour confirmer la présence, posez-lui la question !

Les sorties : qui paye ?

Que ce soit ton enfant l’invité ou toi qui invites, la règle est la suivante : les invités ne paient pas ! Tu veux aller au cinéma avec ton fêté et ses 4 amis, tu payes. Tu vas mener ton enfant au McDo pour la fête de son ami ? Le parent qui invite ne va pas te demander de payer son lunch. Ça fait partie du « deal ». Toutefois, question de savoir vivre, si tu sais que ton enfant ira au cinéma et se fera payer le popcorn, force-toi un peu pour dépasser ton budget de 20 $ pour le cadeau du fêté.

Quoi faire ?

J’avoue que l’idéal, c’est une fête dehors : chasse au trésor (du magasin-une-piasse, bien sûr !), partie de soccer au parc, guerre de ballounes d’eau, cache-cache, match de hockey dans la rue. Pas cher, pas cher ! Ceux qui en ont les moyens peuvent se lâcher lousse et louer un jeu gonflable. Les jeunes vont capoter, c’est assuré ! Dehors est hors portée ? Aller au cinéma ou louer le film dernier cri, faites une épreuve de ballounes qui ne peuvent pas toucher par terre, ou un tournoi de jeux vidéo.

Quand ils sont tout petits : on reste ou pas ?

On se pose toutes la question : dois-je rester ? La réponse : non ! Ils ont voulu le faire, qu’ils assument. Je vous garantis qu’ils n’ont nullement l’intention de recevoir 4 enfants ET leurs parents. La plupart du temps, les grands-parents et les tantes seront de la fête pour donner un coup de main. Vous laissez votre numéro de téléphone et vous en profitez pour faire des courses ou finir votre roman avec une coupe de vin !

Bonne fête!

 

Photo de couverture : www.jeuxetcompagnie.fr 


Julie Morin

J'envie les héroïnes de films d'action pour leur vie de luxe, leurs habiletés de cascadeuses, leurs talents de séductrice et périples au-travers le monde ... Moi, j'habite un bungalow en banlieue, j'ai toujours mal à quelque part (l'approche de la quarantaine, quoi!), avec le même homme depuis 17 ans, et mère de deux pré-adolescents. On est loin d'un film de Lara Croft! De toute façon, je n'aurais pas les nerfs d'acier requis. J'angoisse ben trop. D'ailleurs, le qualificatif trop m'est souvent attribué. Trop émotive, trop susceptible. Je parle et je rie trop fort (ce qui énerve royalement les deux pré-ados, qui ont honte même dans notre salon). À l'inverse, ça m'en prends pas trop pour être heureuse. Un souper au restaurant, un bon livre, un verre de vin, rire en famille, apprendre, découvrir et écrire.