Il était une fois… ma relation toxique

Dans: Éditoriaux

J’ai vécu une relation plutôt ordinaire, avec un manque de confiance et beaucoup de douleur. Je voulais réellement faire une croix sur l’amour. Pour moi, aimer représentait la douleur, la peur et la tristesse et jamais, je n’aurais voulu vivre une seconde de plus dans ce genre de relation toxique.

Assez. que je généralisais que dans chaque garçon que je rencontrais, il y avait un  je ne sais quoi que je ne voulais plus jamais revivre. J’imagine que ce genre de relation détruit énormément la petite confiance que nous avions réussi à se bâtir en plusieurs années.

J’ai développé de l’angoisse, le mal de vivre, l’insécurité, le manque de confiance en moi et je ne m’aimais plus du tout. Je ne me respectais plus et mes valeurs avaient pris le bord. Je n’aimais pas la vie que j’avais et avec qui je la partageais.

Il m’a fallu du temps, beaucoup de temps avant d’avoir le courage de me choisir moi et de mettre une fin à ma souffrance.

Alors que tu es à peine capable de te lever, tu ne t’imagines vraiment pas capable de fuir à ce genre de situation.  J’ai souvent laissé et chaque fois. je suis revenue. Jusqu’au jour où j’ai décidé que c’était assez. J’ai alors pris mon courage à deux mains et je suis partie pour de bon.

À toi qui vis ce genre de relation, que tu te sens pris entre deux murs, entre ta tête et ton cœur. Je te comprends énormément. Prends le temps qu’il faut et je sais que tu as peur du jugement des autres. Que tes amis ne cessent de te dire de partir de cette relation,  mais rien ni personne ne va pouvoir te faire partir simplement toi et tout ça se fera tout seul le jour où tu vas te sentir prête de le faire et de l’affronter.

À toi qui est dans une relation toxique, toi qui souffre en silence et qui est malheureuse, j’ai un message pour toi. Lis-le et relis-le si nécessaire.

Je croyais qu’une relation c’était ça, de la douleur, de la peine, de la jalousie et de la manipulation. Et malgré tout ça, je trouvais un petit quelque chose qui me rendait énormément amoureuse et pour vrai, j’avais honte d’aimer autant une personne qui ne me méritait pas. J’avais honte d’accepter des choses inacceptables, mais c’était plus fort que moi. J’avais honte de devoir affronter ma famille  en leur disant que je n’allais pas bien.

Lorsque j’ai pris la décision de partir, il ma fallu éééénooormmmémeeent de courage pour prendre mes clics et mes claques et partir. J’ai tout laissé derrière moi; mon premier appartement, des meubles, des souvenirs, mais cette journée là, j’ai aussi laissé derrière moi un lourd passé qui malgré tout ma rendu tellement plus forte aujourd’hui. Évidemment, à ce moment-là, je ne pensais vraiment pas que cette dure épreuve m’aurait appris autant sur la vie. Et tu sais quoi, malgré tout le mal, ce fût l’expérience qui m’a le plus  fait grandir. Je crois que dans chaque petite chose de la vie il y a une leçon à en tirer. J’ai réussi à trouver du positif dans tout ce négatif.

Si j’ai un conseil à te donner, parles-en. Ne garde pas toute cette peine en dedans de toi. Parles-en à ta famille, à une amie, à un proche, un professeur, une psychologue, une personne de confiance qui n’aura aucun jugement envers toi.  Il faut que tu en parles, car tout garder à l’intérieur va juste te rendre encore plus malheureuse et de savoir qu’il y a quelqu’un pour toi cela va te donner un  bon coup de main le jour ou tu vas te sentir prête à affronter cette décision et à partir pour toujours de cette relation toxique.

http://welovewords.com
Tu verras que la vie te réservera de très belles surprises le jour ou tu vas te faire passer en premier, ou ton bonheur sera ta priorité. Il faut être tombé pour être capable de se relever. Un bel avenir se réserve à toi et un jour, je te promets que tu vas rencontrer quelqu’un qui te montrera enfin la vraie définition du verbe aimer. Tu verras alors à ce moment précis que de vivre dans le malheur et dans la douleur n’est pas la réalité d’une vraie relation. C’est beau l’amour quand c’est simple et vrai. Fait confiance à la vie.

 

Photo de couverture : www.rtl.fr

 

Alix Hébert